Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La lettrie

La lettrie

Lectures et dialogue des cultures


1ère page : J.Ph.Toussaint, la Salle de Bain

Publié par philippe sur 29 Décembre 2015, 07:41am

Catégories : #Début de Roman, #Humour drôle

1ère page : J.Ph.Toussaint, la Salle de Bain
J'ai découvert ce roman il y a déjà pas mal d'années; j'ai d'abord vu l'adaptation cinématographique de John Lvoff, avec Tom Novembre, et musique de Charlélie Couture. Puis je suis tombé sous le charme des 3 premiers romans de Jean Philippe Toussaint (avec Monsieur et l'Appareil Photo). Etudiant, j'ai même pu avoir un entretien personnel avec Toussaint, dans un café près de l'Avenue Montaigne, à Paris, (c'était au moment où sortait sa propre adaptation filmique de Monsieur) ; puis j'ai fait un travail sur lui. J'ai été moins séduit par les romans postérieurs, dans lesquels il me semblait "faire du Toussaint". Mais j'y reviens peu à peu. J'ai beaucoup d'estime pour cet auteur.
Voici donc le seuil de la Salle de Bain :

" 1) Lorsque j'ai commencé à passer mes après-midi dans la salle de bain, je ne comptais pas m'y installer; non, je coulais là des heures agréables, méditant dans la baignoire, parfois habillé, tantôt nu. Edmondsson, qui se plaisait à mon chevet, me trouvait plus serein; il m'arrivait de plaisanter, nous riions. Je parlais avec de grands gestes, estimant que les baignoires les plus pratiques étaient celles à bords parallèles, avec dossier incliné, et un fond droit qui dispense l'usager de l'emploi du butoir cale-pieds.

2) Edmondsson pensait qu'il y avait quelque chose de desséchant dans mon refus de quitter la salle de bain, mais cela ne l'empêchait pas de me faciliter la vie, subvenant aux besoins du foyer en travaillant à mi-temps dans une galerie d'art.

3) Autour de moi se trouvaient des placards, des porte-serviettes, un bidet. Le lavabo était blanc; une tablette le surplombait, sur laquelle reposaient brosses à dents et rasoirs. Le mur qui me faisait face, parsemé de grumeaux, présentait des craquelures; des cratères çà et là trouaient la peinture terne. Une fissure semblait gagner du terrain. Pendant des heures, je guettais ses extrémités, essayant vainement de surprendre un progrès. Parfois, je tentais d'autres expériences. Je surveillais la surface de mon visage dans un miroir de poche et, parallèlement, les déplacements de l'aiguille de ma montre. Mais mon visage ne laissait rien paraître. Jamais.

4) Un matin, j'ai arraché la corde à linge. J'ai vidé tous les placards, débarrassé les étagères. Ayant entassé les produits de toilette dans un grand sac-poubelle, j'ai commencé à déménager une partie de ma bibliothèque. Lorsque Edmondsson rentra, je l'accueillis un livre à la main, allongé, les pieds croisés sur le robinet.

5) Edmondsson a fini par avertir mes parents. "

La numérotation des paragraphes fait référence à Blaise Pascal : le philosophe du XVIIème siècle n'a pas publié lui-même ses Pensées, et les différents éditeurs qui se sont succédé ont numéroté certaines parties ou certaines liasses. Par ailleurs, un des points de départ de ce roman est justement la reprise et variation de Toussaint autour de la fameuse formule de Pascal:

tout le malheur des hommes vient d'une seule chose, qui est de ne pas savoir demeurer en repos dans une chambre.

Pascal, Pensées

Relisons donc certaines pages - ça ne peut pas nuire - de Pascal, ainsi que La Salle de Bain de Jean Philippe Toussaint (Editions de Minuit, 1985).
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

urgent !!!! 29/12/2015 08:21

http://laveritenevousplaira.wix.com/laverite#!2015-reel/c9hn

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents