Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La lettrie

La lettrie

Lectures et dialogue des cultures


Berezina, Sylvain Tesson

Publié par philippe sur 20 Octobre 2015, 20:00pm

Catégories : #Aventures Action, #Complètement à l'Est, #Europe Centrale, #Nouveauté

Berezina, Sylvain Tesson

Sylvain Tesson, Berezina, Editions Guérin, Chamonix, 2015

C'est un livre de barjot, ou d'aventurier pur et dur.

Rafraîchir la Mémoire.

En 2012, alors qu’il est en Russie, Sylvain Tesson décide de se lancer dans une nouvelle épopée : refaire le trajet des armées napoléoniennes en déroute en 1812, le fameux passage de la Berezina, cette rivière affluent du Dniepr qui coule dans l'actuelle Biélorussie. Et faire le voyage en side-car (« motocyclette à panier adjacent » précise-t-il) de marque Oural, de l’époque soviétique : solide, réparable, mais lent et très dur à diriger.

Il ne fait pas le voyage seul ; il est accompagné de 4 de ses amis : 2 Français, dont le photographe Thomas Goisque avec qui Tesson a beaucoup travaillé, et 2 Russes. Ce n’est pas conçu en effet de la part de Tesson comme un souvenir nationaliste primaire. Il salue la mémoire de tous les soldats qu’on a emmené faire ces campagnes et qui ont souvent tout accepté, la mémoire de ces dizaines de milliers d’hommes, inconnus, qui ont fait l’Histoire. Tesson admire d’ailleurs tous ces hommes qui ont placé une confiance aveugle et illimitée en l’Empereur Napoléon. Il admire aussi, en partie, cet empereur.

Je sais que chaque minute de l’Histoire est sujette à controverse ; n’étant pas le moins du monde historien, je ne commenterai en rien cette question.

Mais une des choses intéressantes, pour moi, que signale Tesson, c’est le fait que durant cette Berezina, les armées françaises n’ont pas subi de (réelle) défaite ; c’est l’hiver, l’erreur d’être resté trop longtemps à Moscou et le harcèlement des armées du Tsar Alexandre qui ont provoqué cette légendaire débâcle.

Mais Sylvain Tesson porte aussi sur le Corse un regard lucide et n’oublie pas que son aveuglement et sa démesure héroïques ont décimé l’Europe :

Napoléon cessa-t-il une fois, dans son existence, de considérer les pertes humaines du seul point de vue de la statistique ? Daigna-t-il une fois abandonner la lorgnette du stratège pour concevoir que « les morts sur le terrain » ne se réduisaient pas à une expression ? (…) Souffrit-il, dans le silence de la nuit, d’avoir ouvert les portes de la guerre et précipité des nations entières dans le gouffre ? Fut-il tourmenté par les fantômes ?

Un récit d’aventures.

L’auteur et ses frères de route subissent le froid rigoureux du grand Est, la neige, la glace, la boue, l’état perfectible des routes, les milliers de camions qui les doublent. Ils traversent la Russie, la Biélorussie, la Pologne (« l’Histoire avait tellement écrasé le pays qu’il était archiplat »), l’Allemagne, la France, de Moscou à la cour des Invalides où ils sont reçus presque en grande pompe.

On est dans le mythe, les gars !

Le lecteur vit avec eux la difficulté de piloter une Oural, avec la visière recouverte de boue et de gel ; quelques soirées de mecs alcoolisées :

La vodka est autrement plus efficace que l’espérance.

des discussions sur l’Histoire, Napoléon, la Russie, la démocratie, sur l’héroïsme d’aujourd’hui.

Sylvain Tesson est un écrivain baroudeur, il a publié plusieurs récits de voyage, dont un bon nombre se déroulent en Russie : Dans les Forêts de Sibérie, La Chevauchée des Steppes.

Il est aussi connu pour ses nouvelles, même si dans son 1er recueil, une Vie à coucher dehors, certaines sont nullissimes. Il est aussi malheureusement connu pour son père.

Un casque de moto est une cellule de méditation. Les idées, emprisonnées, y circulent mieux qu’à l’air libre.

Berezina, Sylvain Tesson

Berezina est un bouquin d’aventures drôle et agréable, mais Tesson y rend aussi hommage aux anonymes qui ont été sacrifiés pour le compte de l’Histoire.

Les éditions Guérin, de Chamonix, (des livres rouges sur les montagnes, les alpinistes, les avalanches) sont une société du groupe Paulsen (voir chez cet éditeur, Le Météorologue d'Olivier Rolin sur ce blog).

Commenter cet article

Velidhu - Que Lire ? 26/10/2015 19:28

Un ami me l'a conseillé. Il était vraiment emballé par cette histoire. De mon côté, j'adore l'écriture de Sylvain Tesson. Je pense que je le lirai. Merci pour le rappel !

philippe 28/10/2015 13:33

Je t'en prie. Oui, c'est un livre touchant.

Mimi 22/10/2015 08:35

Un vrai baroudeur qui aurait tendance à brûler sa vie. Belle critique, je vais inscrire ce livre dans ma PAL. Merci.

philippe 28/10/2015 13:34

Merci également. Oui, il fonce un peu dans le brouillard, et pas que sur les routes de Russie !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents