Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La lettrie

La lettrie

Lectures et dialogue des cultures


Tartes aux Pommes et Fin du Monde

Publié par philippe sur 20 Septembre 2015, 15:35pm

Catégories : #Nouveauté, #Thèmes d'Aujourd'hui, #Humour drôle

Tartes aux Pommes et Fin du Monde

Guillaume Siaudeau, Tartes aux Pommes et fin du Monde, Pocket, 2015 (2013, Alma Editeur)

Un roman et un anti-héros sympathiques.

On est dans une tradition désormais bien établie qui vient de la littérature américaine, russe aussi peut-être, de l’Etranger de Camus (héritage sensiblement présent ici), des premiers romans de Jean Philippe Toussaint, etc., du gars un peu paumé et de l’écriture faussement superficielle. Il s’agit d’un jeune homme qui évoque son passé et son présent avec une certaine légèreté, mais pour qui on comprend que la vie n’est pas simple, qu’elle est peut-être même un fardeau, et qu’il n’arrivera sans doute jamais à trouver réellement sa place :

Dans ce coin plus que partout ailleurs les nuits semblaient être des modèles réduits de fin du monde.

J’ai acheté ce flingue et quelques balles, puis je suis rentré. Il ne faisait pas encore nuit mais le jour était en train de foutre le camp.

Il y a un chien qui a marqué son enfance, une vieille dame qui lui apporte des tartes aux pommes, un ami sympa mais qui a la drôle d’idée de mourir :

C’était un brave garçon. Les braves garçons mettent plus de temps à manger un sandwich parce qu’ils prennent le temps de raconter quelques histoires entre chaque bouchée.

… et une amoureuse qui a la drôle d’idée de couper les ponts :

Je suis rentré courbé avec un peu de larmes dans chaque paupière.

Et un revolver :

Ca a été cependant plus difficile que je ne l’aurais cru. Pour tuer il faut d’abord regarder la victime dans les yeux. Pour tuer il ne faut pas trembler et faire avec le ruissellement des nuages au-dessus de la tête. Tuer froidement n’existe pas.

Non, non, il ne se transforme pas en mass murder, c’est juste qu’il essaie de flinguer un rat.

Pour la conception de la littérature de Siaudeau, cette petite phrase dans une page de clôture comme c’est de plus en plus le cas dans les romans, où on s’explique et où on remercie (Dieu, Noé, Maman, tout ça…) :

Raconter des histoires c’est dire juste assez mais pas trop.

Tartes aux Pommes et Fin du Monde

Ca se lit bien, ça parle de choses qu'on peut connaître ou ressentir.

Guillaume Siaudeau est poète et donc désormais romancier. Il a publié, depuis, La Dictature des Ronces (Alma Editeur). Il a fondé la revue de poésie Charogne.

Guillaume Siaudeau, Tartes aux Pommes et fin du Monde, Pocket, 2015 (2013, Alma Editeur)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mimi 22/09/2015 18:07

Bien fait pour moi ! J'ai cru que tu proposais une recette à damner...

philippe 26/09/2015 16:19

Excellent. Je ne voudrais pas te faire de concurrence ;) ni empoisonner mes enfants !

Velidhu - Que Lire ? 21/09/2015 21:06

Ca a l'air sympa, un peu décalé, tout ce que j'aime !

philippe 22/09/2015 09:24

Oui, c'est léger et un peu frappé, en effet;

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents