Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La lettrie

La lettrie

Lectures et dialogue des cultures


Les Vieux Fourneaux

Publié par philippe sur 10 Août 2015, 10:04am

Catégories : #BD et Roman Graphique, #Nouveauté, #Humour drôle

Les Vieux Fourneaux

Génialissime

Bon évidemment si vous êtes un Jeune Pop, ou membre du fan club de Jacques Childéric Ciotti et Charles Saturnin Copé, ou si vous appartenez, comme dirait Erwan Lahrer, à un syndicat des petits porteurs, vous allez peut-être très moyennement apprécier cette BD.

C’est plutôt pour les gauchos, les anarchos, ceux qui n’aiment pas bien l’ultraproductivisme et les ultras dividendes.

Mais si vous aimez un peu les gens, la poésie de la vie, les personnages qui se battent pour la bonne cause… Allez vite en voler plusieurs dans un mauvais point de vente de livres et diffusez-les le plus possible autour de vous !

Les Vieux Fourneaux, par Wilfrid Lupano (scénario) et Paul Cauuet (Dessin et couleurs)

2 Tomes publiés en 2014 et 2015 chez Dargaud : « Ceux qui restent » et « Bonny and Pierrot »

Les 3 viocs

Les 3 viocs

C’est l’histoire de 3 vieux amis, qui se sont parfois perdus de vue, mais qui sont à nouveau proches durant leurs vieux jours.

On a donc beaucoup de thèmes autour de la vie qui passe, qui est passée, les choses qu’on a faites, qu’on a faites ensemble, la nostalgie, l’enfance aussi, la relève, la suite, les jeunes. Il y a des flashbacks, parfois.

Les 3 vieux sont attachants, mais pas toujours sympas, tendres, et rarement politiquement corrects.

Pour d’eux d’entre eux au moins, ce sont d’anciens combattants des syndicats, pour la décolonisation et d’autres luttes qu’on peut trouver justes. Ils luttent encore, avec les moyens qui sont encore à leur portée. Par exemple, avec l’organisation Ni Yeux ni Maîtres (des malvoyants anarchistes !), ils investissent massivement un lieu, un meeting, un événement qui leur semble pourri et leur simple présence casse l’ambiance ou perturbe le bon déroulement de l’activité. Un des sommets dans le T II : un des vieillards se fait volontairement dessus à une conférence d’un leader du principal parti de droite dans un riche hôtel parisien.

Les Vieux Fourneaux

Ils dénoncent les trucs qui sont devenus normaux et qui nous pourrissent le quotidien et nos idéaux : l’exploitation des travailleurs, la pollution, le nom débile du pain dans de nombreuses boulangeries désormais et qui nous fait croire que c’est tradition

Les Vieux Fourneaux

Et puis il y a le personnage de Sophie. Un ange qui pique des colères. Une jeune femme qui a tout plaqué en ville pour reprendre l’ancien théâtre de marionnette de sa grand-mère : le Théâtre du Loup en Slip !... Elle est enceinte dans le 1er volume, et maman dans le 2ème . Un de ses problèmes est qu’en plus de devoir gérer sa propre vie, à cause – et un peu grâce aussi – aux 3 viocs, on la prend pour qui elle n’est pas. Dans le I, le vieux pdg d’une grande entreprise où a travaillé sa famille la prend pour sa grand-mère (à elle), dont il a été éperdument amoureux, ce qui cause quelques problèmes… et finalement une bonne solution… mais tout de même embêtante pour les idéaux (je ne peux pas en dire plus !). Et dans le II, rebelote, elle doit jouer quelque temps le rôle d’une ancienne amoureuse et passionaria d’Antoine, l’un des 3 vieux, pour résoudre un problème…

Les Vieux Fourneaux

C’est beau, c’est tendre, c’est bonhomme, c’est bien fait.

Le dessin relève de la ligne claire, avec des angles parfois intéressants. J’aime beaucoup le montage (au sens cinématographique) : il y a des ellipses bien vues, on ne s’attarde pas, pas besoin de tout dire, chaque geste, etc.

Ca se lit (malheureusement) assez vite, on voudrait que ça continue, comme un enfant.

Le 3ème tome est en préparation.

J’espère qu’il y aura beaucoup de volumes et que le succès ne tournera pas la tête à nos 2 auteurs.

Je trouve cette BD sublime, c’est pour moi un des meilleurs livres de l’année, toutes catégories confondues.

Les Vieux Fourneaux

Les auteurs ont obtenu le Prix du Public au Festival d'Angoulême 2015.

De Wilfrid Lupano, j'avais déjà beaucoup aimé L'Homme qui n'aimait pas les armes à feu. Voir son blog.

Ce scénariste a déjà collaboré avec Paul Cauuet pour la BD L'Honneur des Tzarom, aux Editions Delcourt.

Commenter cet article

zazy 15/08/2015 14:11

J'ai adoré cette BD

philippe 19/08/2015 16:43

Heu... oui... question débile... Je l'ai trouvé, ton blog !...

philippe 19/08/2015 16:41

C'est quoi ton blog ?

zazy 18/08/2015 22:10

Par la blogosphère et je m'aperçois que je n'ai jamais fait ma chronique sur ces deux BD. Il va falloir que je remédie à cela !

philippe 18/08/2015 22:07

Oui, elle est belle et drôle. Comment tu l'as découverte ?

Bernieshoot 10/08/2015 17:18

je crois que j'ai les critères pour aimer cette BD

philippe 10/08/2015 18:24

;)

Mimi 10/08/2015 11:35

Une BD attachante.

philippe 10/08/2015 18:25

Voui ! Très !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents