Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La lettrie

La lettrie

Lectures et dialogue des cultures


Le Météorologue, Olivier Rolin

Publié par philippe sur 24 Août 2015, 18:17pm

Catégories : #Complètement à l'Est, #Nouveauté

Le Météorologue, Olivier Rolin

Olivier Rolin, Le Météorologue, Le Seuil, Fiction et Cie / Paulsen, 2014

Météo Russe.

Olivier Rolin est un écrivain baroudeur qui a arpenté la Russie.

Il nous raconte l’histoire d’un homme qui a foi dans le système soviétique et qui, jusqu’à sa mort dans un « camp de travail », ne parvient pas à comprendre où est l’erreur. Alexeï Féodossiévitch Vangengheim est un météorologue célèbre. Il a une grande confiance en l’avenir de la science et donne naissance à des idées novatrices jusqu’à la fin de ses jours. Staline lui fait confiance. Mais sous Staline, la dénonciation, l’infamie, vont bon train y compris parfois pour se protéger ou protéger sa famille. Or, alors qu’il semblait se diriger vers une carrière et un avenir… radieux, AFV se retrouve en camp, à Arkhangelsk et sur les Iles Solovski, un coin légèrement frisquet sur la Mer Blanche.

Le roman contient de très belles lettres qui montrent la force de conviction du personnage, son amour pour sa femme et sa fille. Jusqu’au bout il semble croire à sa rédemption prochaine et à l’intervention du Petit Père des Peuples pour le sortir de là. Il envoie un portrait de Staline en mosaïque à sa fille !

Mais ici, il faut dire une chose troublante et même choquante : dans le dernier envoi qu’il fait à sa femme, en septembre 1937, il inclut un petit portrait de Staline en éclats de pierre. (…) Pourquoi Alexeï Féodossiévitch a-t-il fait cet envoi ? Ses raisons, je ne les sais pas, et personne ne peut plus les savoir. Croyait-il encore en Staline, qui n’avait pourtant répondu à aucune de ses lettres ?

Mais on perd finalement sa trace, il meurt avec quelques centaines d’autres déportés.

Roman Français

C’est devenu une grande tendance du roman français d’aujourd’hui de réaliser une biographie, d’aller sur les traces d’un personnage ayant réellement existé (voir Charlotte de Foenkinos ou Constellation d'Adrien Bosc (http://lalettrie.over-blog.com/2015/06/constellation-adrien-bosc.html), de reconstruire le puzzle de sa vie. Il est alors tout à fait surprenant que ce récit (devrais-je dire enquête ? Biographie ? Roman ?) soit publié chez Seuil dans la collection « Fiction et Cie » …

J’ai raconté aussi scrupuleusement que j’ai pu, SANS ROMANCER [c'est le blogueur qui souligne] , en essayant de m’en tenir à ce que je savais, l’histoire d’ Alexeï Féodossiévitch Vangengheim, le météorologue. Un homme qui s’intéressait aux nuages et faisait des dessins pour sa fille, pris dans une histoire qui fut une orgie de sang. Qu’est-ce qui a fait basculer sa vie dans la longue épreuve de la déportation et de la séparation, puis dans l’épouvante de la fin ? A partir de quand, de quelle dénonciation calomnieuse, de quel incident passé inaperçu, de quelle plaisanterie imprudente se déclenche le processus inexorable qui aboutit à l’arrestation, le huit janvier 1934, puis à l’exécution le trois novembre 1937 ? Je ne le sais pas précisément, et personne, apparemment, ne le sait plus.

Je sais que d’autres avant lui ont affirmé que leurs personnages – Manon Lescaut, Valmont, Léonore – étaient réels et que l’auteur n’était que l’éditeur de leurs lettres ou le témoin de leurs récits. Mais les temps ont changé et il me paraît intéressant de s’interroger sur le devenir du roman.

L’ouvrage est complété de dessins, herbiers, devinettes que AFV avait adressés à sa fille. Il y a quelques planches belles et émouvantes. Mais ce codicille tend à éloigner davantage encore ce texte du genre du roman.

Vous me direz, le mot « roman » n’apparaît nulle part ; c’est peut-être juste… un « livre », et c’est déjà beaucoup.

La collection « Fiction et Cie » a été fondée par Denis Roche, et contient des œuvres très diverses : chansons de Lou Reed, Actes du centre Roland-Barthes, textes d’Alain Tanner, Gérard Genette, Jacques Roubaud ou François Bon… Eclectique donc.

Autre aspect intéressant : comme Foenkinos, Olivier Rolin se met en scène en train de mener son investigation :

Nous sommes le huit janvier 1934, donc. L’ordre d’arrestation et de perquisition n° 14234 est délivré (…). Lors de mon dernier séjour à Moscou, je suis allé voir si le bâtiment existait toujours, et, en effet, il est encore là.

J’aurais pu rencontrer Eleonora, la fille du météorologue, la destinataire des dessins et des herbiers.

Le lyrisme du récit, en même temps que la caution journalistico-littéraire, vient donc du fait que l’auteur exprime son empathie pour son personnage. Cette combinaison de superposition et de décalage renforce l’émotion, lui donne corps. De plus l’absence de tirets, de guillemets, de retour à la ligne pour rapporter les paroles d’AFV renforce l’identification, la correspondance légèrement gauchie de l’auteur et du personnage :

Ma chère petite fillette, écrit-il fin septembre à l’intention d’ Eleonora, pendant un certain temps, je ne pourrai pas t’envoyer mes dessins, mais j’espère que tu m’enverras les tiens. Sait-il déjà, à cette date, qu’il va être transféré sur le continent ?

On dirait que l’écrivain d’aujourd’hui hésite entre, d’un côté, la bio ou la monographie (mais il a besoin d’art, de fiction, de littéraire) et le roman, mais qui ne serait A NOUVEAU plus assez sérieux sur le grand marché des « livres ».

Le roman français s’apprête-t-il à s’ouvrir sur de nouvelles formes ou tourne-t-il en rond ? La rentrée littéraire nous apportera-t-elle quelques réponses ?

Le Météorologue, Olivier Rolin

Il s'agit d'une coédition Le Seuil et Editions Paulsen, qui sont des éditions de voyages et d'aventures vers les Pôles.

L'ouvrage va paraître le 8 octobre 2015 chez Pocket (même couverture, photo inversée).

Le site internet de l'auteur est assez sympa.

Autres titres célèbres d'Olivier Rolin : En Russie, Bakou derniers jours, Port-Soudan, Bar des Flots Noirs.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bernieshoot 25/08/2015 17:19

un auteur à découvrir je vais attendre la sortie en pocket

philippe 26/08/2015 18:34

... il suffira de regarder la couverture en transparence pour avoir l'impression qu'on a l'édition originale...

Mimi 25/08/2015 09:26

Un auteur dont je ne connais rien. Quant au nouveau roman français, il me semble que depuis toujours nombre d'auteurs se sont inspirés de personnages ou faits réels en y mêlant plus ou moins leur ressenti personnel. Faire sortir de l'ombre des oubliés de la grande Histoire est certainement une aventure pleine de surprises autant pour l'écrivain que pour le lecteur.

philippe 12/09/2015 10:05

Le nouveau Delphine de Vigan poursuit notre réflexion...

philippe 26/08/2015 18:33

Je suis d'accord avec toi, Mimi. Mais derrière la pseudo-caution réaliste (chez Laclos, Stendhal, Flaubert, Mauriac, Duras, etc), tout le monde savait que le genre romanesque était par essence un genre fictionnel. Or ce point, dans les mentalités me semble avoir changé. La limite entre roman et biographie / autobiographie s'est estompée et a même parfois disparue. Je ne dis pas que c'est forcément pas bien; ça correspond assez à notre époque.

Velidhu - Que Lire ? 25/08/2015 08:54

Je ne connais pas du tout cet auteur ! Celui-ci ne m'attire pas beaucoup mais il y a dans ses autres écrits des choses qui me correspondent mieux comme "Un chasseur de lions" et 'L'invention du monde".

philippe 26/08/2015 18:35

Oui, c'est assez varié.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents